Colcannon [ou purée irlandaise]

Colcannon

Il y a quelques temps, de beaux poireaux m’ont fait de l’œil lorsque je faisais mes courses. Mais je ne savais pas comment les cuisiner car je voulais changer de la traditionnelle fondue de poireaux ou encore de la quiche aux poireaux et saumon. Je voulais prendre le temps de trouver une recette qui change un peu de l’ordinaire. Coïncidence ou non, au dîner, avec Grizzli nous papotons de nourriture (on ne change pas une équipe qui gagne 😉 ) et on en vient à échanger sur les recettes de nos grand-mères adorées. Je lui parle alors du plat de ma grand-mère qui permet de faire aimer le chou-fleur aux enfants : pommes de terre, chou fleur et œufs durs, le tout coupé en morceaux et servi avec de la crème (de Normandie bien sûr). Plus jeune je n’étais pas fan du chou-fleur et cette recette m’en faisait manger avec facilité, nous nous régalions ! Parler de ce plat m’a donné envie d’allier pomme de terre, chou et poireau. Après plusieurs recherches sur internet je suis tout d’abord tombée sur une recette de Colcannon : une purée traditionnelle irlandaise à base de pommes de terre et chou vert frisé et/ou chou kale. En me renseignant davantage sur cette recette traditionnelle, il s’avère qu’il y a autant de variantes qu’il y a de cuisiniers : la base reste la même (pommes de terre et chou) mais certains rajoutent des lardons, du gruyère, des épinards et, vous vous en doutez, des poireaux !

Ca y est, j’avais trouvé ma recette, un Colcannon à base de pommes de terre, chou vert frisé et poireaux. Une délicieuse purée, nourrissante et réconfortante, qui vous permettra même de faire manger des légumes verts à vos enfants sans trop de difficulté 🙂

Cela fait des années que je souhaite aller en Irlande, il y a même eu une période où j’ai voulu y vivre pendant 6 mois mais je n’ai jamais sauté le pas. En revanche, ce n’est pas un pays qui fait envie à Grizzli mais j’ai voulu le faire changer d’avis avec ce Colcannon, parce que mon Grizzli on le séduit avec la nourriture. Si jamais vous avez eu la chance de visiter ce pays je veux bien des retours pour essayer de le convaincre davantage !

Revenons à nos moutons, un peu d’histoire tout de même sur ce plat. Le Colcannon est traditionnellement servi à Halloween (aujourd’hui, on le retrouve également lors des repas de fête comme la Saint-Patrick) et utilisé comme « prédiction de mariages ». A l’instar de notre tradition du lancer de bouquet de la mariée qui veut que l’invitée non encore mariée qui attrapera le bouquet sera la prochaine à se marier, une bague est cachée dans le Colcannon lors de sa préparation : si une jeune femme la trouve dans son assiette, la tradition indique qu’une demande en mariage pourrait bientôt l’attendre et qu’elle se mariera probablement dans l’année précédant le prochain Halloween. D’autres petits objets, chargés de significations variées, sont également couramment cachés dans ce plat (l’objet choisi et sa signification varient en fonction des régions), très souvent une pièce de monnaie ou un dé : la pièce signifie la richesse pour l’année à venir de celui qui la trouvera, le dé annonce quant à lui le célibat.

Maintenant que vous en savez un peu plus sur les ce plat riche en symboles, attelons nous à sa préparation. Petite précision, vous verrez dans la recette que je fais revenir les légumes verts à la poêle. Dans de nombreuses recettes traditionnelles, les légumes sont uniquement bouillis, j’ai préféré les faire revenir à la poêle afin d’apporter plus de saveurs grâce à la coloration et légère caramélisation des légumes et je vous encourage à faire de même 😉 Je prélève également toujours une partie de l’eau de cuisson des pommes de terre pour une purée, ainsi si je la trouve trop épaisse je rajoute un peu de cette eau de cuisson.

Colcannon

Pour environ 4 à 6 personnes :

-1kg de pommes de terre à chair farineuse (elles sont idéales pour les purées, comme la Bintje par exemple)

-300g de chou vert frisé (environ 1/4 d’un chou)

-2 poireaux

-1 grosse gousse d’ail

-1 oignon

-60g de beurre

-20cl de crème liquide entière

-sel

-poivre

-ciboulette (facultatif – utilisée uniquement pour la présentation)

1 – Les pommes de terre

Épluchez et coupez 1kg de pommes de terre en gros dés. Une fois épluchées et coupées en gros dés je ne les rince pas car lors de l’épluchage la pomme de terre libère de l’amidon qui possède un fort pouvoir liant, très utile pour la purée.

Placez les dés de pommes de terre dans une grande casserole d’eau froide et portez à ébullition. Il est préférable de commencer la cuisson à l’eau froide pour une cuisson uniforme (le cas contraire l’extérieur de la pomme de terre va cuire alors que le centre sera encore cru) et pour une chair qui s’effrite moins et tienne mieux à la cuisson.

Ajoutez une pincée de sel.

Baissez le feu, couvrez la casserole et laissez cuire (cela prend environ 20 minutes). Pour vérifier qu’elles sont bien tendres à l’intérieur : piquez en leur centre avec un couteau, celui-ci doit s’enfoncer et se retirer sans résistance.

Quand les pommes de terre sont cuites, retirez les du feu et prélevez une partie de l’eau de cuisson (qui nous servira potentiellement plus tard). Égouttez-les bien et remettez les dans la casserole chaude que vous couvrez.

2 – Les autres légumes

Pendant que les pommes de terre cuisent, préparez le chou et les poireaux :

Pour le chou : coupez le trognon et ôtez les premières feuilles du chou (épaisses et moins savoureuses) ainsi que toutes celles qui vous paraissent abîmées, séchées ou flétries. Coupez le chou en 4 et lavez-le. Ensuite, coupez et retirez la partie blanche et dure de chaque quartier. Il ne vous reste plus qu’à émincer finement 300g de chou en lanières (environ 1/4 du chou entier).

Pour les poireaux : coupez les racines et le haut des feuilles vertes (laissez environ 1/4 du vert). Si les premières feuilles sont abîmées, retirez-les en les tirant de haut en bas (du vert vers le blanc). Pour bien nettoyer les poireaux, fendez-les en 2 dans la longueur, du bas vers le haut (donc du blanc vers le vert), en commençant à 7/8 cm du bas (partie blanche). Répétez l’opération de l’autre côté afin de fendre le haut des poireaux en 4. Lavez les poireaux sous un filet d’eau en écartant bien les feuilles pour éliminer la terre ou le sable. Enfin, émincez finement les deux poireaux (vos morceaux ne doivent pas dépasser 1cm par 1cm).

Dans une grande poêle ou une sauteuse, faites fondre 60g de beurre. Une fois que le beurre arrête de mousser, ajoutez le chou vert frisé finement émincé ainsi qu’une grosse pincée de sel et de poivre. Cuire à feu moyen, tout en mélangeant régulièrement, jusqu’à ce que le chou commence à colorer, cela prend environ 10 minutes.

Pendant ce temps, épluchez et émincez finement un oignon ainsi qu’une gousse d’ail (n’oubliez pas de retirer le germe de la gousse d’ail pour la rendre plus digeste).

Quand le chou commence à colorer donc, ajoutez les poireaux et l’oignon finement émincés ainsi qu’une petite pincée de sel. Continuez à cuire sur feu moyen, tout en mélangeant régulièrement, jusqu’à ce que les légumes soient tendres (cela m’a pris environ 15 minutes).

Ajoutez l’ail et cuire 1 minute supplémentaire.

Enfin, ajoutez 20cl de crème liquide entière à cette préparation et portez à ébullition.

Retirez du feu.

Poêlée de légumes verts pour Colcannon

3 – La purée

Versez la préparation de légumes verts réalisée précédemment dans la casserole contenant les pommes de terre cuites.

A l’aide d’un presse-purée, écrasez les pommes de terre et légumes verts jusqu’à obtention de la consistance désirée. Si vous trouvez la purée trop épaisse, vous pouvez ajouter de l’eau de cuisson préalablement mise de côté (je n’ai pas eu besoin d’en rajouter).

Assaisonnez de sel et de poivre à votre convenance.

Traditionnellement, le Colcannon est servi dans un grand plat creux et, à l’aide d’une cuillère à soupe, faites un puits au centre de la purée et ajoutez un bon morceau de beurre qui fondra au contact de la purée bien chaude, pour encore plus de gourmandise ! Vous pouvez aussi agrémenter le plat de ciboulette ciselée.

A chaque portion, prenez un peu de purée et de beurre fondu et vous vous régalerez 😉

Colcannon

Remarques :

-Le Colcannon est généralement servi en accompagnement d’agneau ou de saumon.

-J’utilise le chou vert frisé restant pour en faire une poêlée avec des lardons : je fais revenir un oignon émincé avec les lardons à feu vif dans une grande poêle ou une sauteuse, puis je baisse le feu et j’ajoute le chou émincé et je laisse cuire jusqu’à ce que le chou soit tendre (environ 20/30 minutes). Je sale, je poivre et le tour est joué ! Vous pouvez aussi ajouter un peu de vin blanc si vous le souhaitez.

Partager...


12 commentaires sur “Colcannon [ou purée irlandaise]”

    • Merci beaucoup pour votre retour ! Je suis ravie que cela vous ait plu 🙂 C’est vrai qu’on a bien besoin de réconfort en cette période. Bon week-end !

  • Merci pour cette bonne recette que je vais essayer ayant tout ce qu’il faut dans mon panier n=bio pour la réaliser.
    Juste une petite remarque au sujet de la cuisson des pommes de terre : vous marquez « Épluchez et coupez 1kg de pommes de terre en gros dés. Je ne les lave pas car lors de l’épluchage… » vous ne voulez pas dire « je ne les épluche pas « ? sinon c’est de la terre qu’on va avoir dans l’eau de cuisson …..

    • Avec plaisir, j’espère qu’elle vous plaira 🙂 Alors, une fois que les pommes de terre sont épluchées et coupées en gros dés je ne les rince pas car lors de l’épluchage la pomme de terre libère de l’amidon qui a un fort pouvoir liant ce qui est bien utile pour une purée. Bien évidemment si vous avez des pommes de terre non épluchées pleines de terre vous pouvez les laver pour ne pas vous retrouver avec de la terre pendant l’épluchage. L’essentiel est qu’une fois épluchées et coupées il ne faut pas les rincer. J’espère avoir été un petit peu + claire 🙂 Bon week-end à vous!

  • Merci pour ce partage, ces anecdotes et surtout cette recette qui me fait bien envie Dès que je peux je la teste !!
    Pour l’Irlande pour ceux qui aiment la nature cela fait partis de nos plus belles destinations surtout en Mai avec les montagnes qui se parent de rhododendrons !!

    • Merci pour le message Martine 🙂 Tu me diras quand tu auras eu l’occasion de tester la recette ! On la refaite ce week-end à Suze, ça leur a bien plu !
      Ah super, merci pour l’info ! Je note et te demanderais sûrement des conseils si un jour (je l’espère) on va dans ce beau pays 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *